No Poo, j’ai testé pour vous !


Le No-Poo étape 1 : la désintoxication

Il y quelques semaines, je vous annonçais avec fracas mon entrée dans le DIY cosmétique. Alors pour commencer, parlons cheveux et plus précisément no-poo. C’est avec cette méthode que j’ai sauté à pieds joints dans le monde merveilleux du naturel.

Le no poo, qu’est-ce donc ? Le mot vient de l’abréviation de no shampoo. Attendez, attendez, ne partez pas ! L’idée n’est pas d’arrêter de se laver les cheveux ! Quoi que… Non, c’est plutôt d’adopter une manière naturelle et non toxique pour le faire ! Fini les shampoings industriels et synthétiques, place à l’essentiel. Parce que comme je vous le disais récemment, ils sont truffés d’agents néfastes pour la santé, qui détériorent la nature des cheveux afin de faire acheter de plus en plus de produits et nous pousser à se les laver de plus en plus.

La méthode du no poo n’est pas bien compliquée, elle est juste assez longue à mettre en place puisqu’elle demande d’espacer ses lavages d’au moins une semaine. Selon les personnes, cela prendra plus ou moins de temps, il faut y aller étape par étape. Mais finalement la routine à adopter ne demande pas beaucoup d’investissement personnel. Il faut se brosser consciencieusement les cheveux tous les jours et prendre son mal en patience pour que le cuir-chevelu retrouve son équilibre naturel et arrête de produire du sébum à outrance.

Une fois les premières semaines ou mois passés (cela dépend de votre nature de cuir-chevelu), les bénéfices ont l’air vraiment intéressants. Je dis « ont l’air », car j’essaye cette méthode en même temps que je vous écris. Je vais donc semaine après semaine, vous raconter sans détour et en toute honnêteté cette grande aventure !

 

Le shampoing, ce cache-misère

Si vous prenez le temps de déchiffrer votre étiquette, vous vous rendez vite compte que la grande majorité des produits utilisés dans la composition de vos shampoings ne vous sont pas bénéfiques mais sont présents pour cacher les misères de vos cheveux abîmés et pour la conservation du produit. Empêcher le shampoing de se dégrader à la lumière, ralentir l’oxydation des corps gras, sentir bon, stopper la prolifération des bactéries et des levures etc. Merveilleux me direz-vous , où est le problème ? Et puis après tout, après un bon shampoing on a les cheveux doux et brillants !

Tout cela serait génial si ces matières premières synthétiques n’étaient pas répertoriées officiellement comme polluants, toxiques, allergènes, voire perturbateur endocrinien! Endocri-quoi ?

Endo-cri-nien. Ce sont des molécules qui agissent sur l’équilibre hormonal. Elles sont souvent susceptibles d’avoir des effets indésirables sur la santé en altérant des fonctions telles que la croissance, le développement, le comportement et l’humeur, la production, l’utilisation et le stockage de l’énergie, la fonction de repos (le sommeil), l’hémodynamique et la circulation sanguine, la fonction sexuelle et reproductrice. Enfin rien que du sympa quoi.

Mais à cela s’ajoute le fait que ces produits ne font pas réellement du bien à nos cheveux. Par nature, le cheveu est une matière morte. Rien ne le ramènera à la vie, et rien ne le soignera vraiment non plus. Un produit lavant qui vous promet réparation vous ment. Il peut au mieux colmater les trous avec le silicone notamment, mais il n’améliore pas la santé capillaire. Alors oui, votre crinière aura en apparence un meilleur aspect, mais à terme, les composants chimiques les abîment . Résultats cheveux gras, qui tombent, manque de volume et fourches.

En farfouillant dans les plus sombres recoins des internets, en quête d’informations sur le sujet, je suis tombée sur cette petite enquête tout à fait intéressante, ludique et pédagogique :

Pour toutes ces raisons, et bien d’autres encore, j’ai dit adieu au chimique pour passer à une méthode naturelle. En parcourant les forums et les blogs, j’ai découvert le no poo. L’idée m’a rapidement séduite : un procédé économique et écologique ; à part un peu de temps, je n’avais pas grand chose à perdre. Et puis, il faut dire que les avis sont dithyrambiques. En quelques mois, on parvient à espacer les shampoings de manière phénoménale (tout en ayant les cheveux propres, arrêtez de hurler !), notre crinière retrouve santé et vitalité, elle pousse beaucoup plus vite (ce point là est appuyé avec insistance par énormément d’utilisatrices), retrouve du volume, de la brillance, bref, c’est fantastique, il fallait abso-lu-ment que je vérifie par moi-même.

 

Concrètement, le no poo, ça se passe comment ?

On se nettoie les cheveux avec un produit entièrement naturel. On entend le plus fréquemment parler du bicarbonate de soude, mais pas que. On rince à l’eau claire, puis on se passe une eau de rinçage au vinaigre de cidre pour rééquilibrer le pH. Entre chaque no-poo, il est primordial de se brosser la tignasse tous les jours avec une brosse à délaquer ou en poil de sanglier pour éliminer toutes les saletés. Si vos cheveux régressent trop vite, il suffit de faire un shampoing sec avec de la maïzena, de l’argile verte ou même du talc. Je ne m’attarde pas sur les détails maintenant, je vous expliquerai tout ça dans l’article suivant.

Il faut quand même préciser que le bicarbonate de soude peut-être assez agressif pour votre cuir chevelu, c’est pourquoi il ne faut pas faire plus d’un lavage par semaine grand maximum. D’où cette phase de désintoxication. Avant de se lancer dans cette aventure, il va donc falloir espacer les shampoings jusqu’à parvenir à un tous les 7 jours minimum. Il existe d’autres méthodes que le bicarbonate de soude, j’en parlerai plus tard.

 

Avant de commencer

Plusieurs points pour bien démarrer.

Durant cette phase, deux options. Vous pouvez garder votre shampoing ou vous procurer un shampoing sans produits chimiques. Bonne élève, j’ai acheté un shampoing bio 100% naturel. J’ai choisi le gel lavant corps et cheveux mixa bébé bio, dont la composition est idéale et plutôt respectueuse de cette méthode. Pour plus d’infos, retrouvez un article complet ici.

Niveau matériel j’ai utilisé une brosse et un peigne. Chaque matin et chaque soir, (ou au moins une fois par jour), il faut bien se brosser des racines jusqu’à la pointe, partout, dans tous le sens, pour deux raisons. Premièrement cela permet d’évacuer les saletés accumulées sur votre tête tout au long de la journée, poussières, pollution, peaux mortes. C’est également un moyen efficace de répartir sur vos longueurs le sébum produit aux racines.

Petite précision pour les néophytes. Non, contrairement à une croyance populaire, le sébum n’est pas un suppôt de Satan uniquement là pour vous rendre la vie infernale. C’est en réalité le moyen de notre corps (de notre peau aussi, bonjour zone T) de s’hydrater et de se nourrir. Malheureusement, les produits chimiques nous décapent. Ils enlèvent ce sébum si utile et le remplacent par une couche superficielle et imperméable. A force nous finissons par en produire toujours plus, en réaction à cette agression. Avec le no poo, notre cuir chevelu se régule et en produit de moins en moins, seulement la quantité nécessaire pour protéger nos cheveux.

Une fois votre brossage consciencieux effectué, n’oubliez pas de laver votre brosse avec du shampoing (ironie du sort) ou du savon. Vous pouvez vous aider du peigne pour bien passer entre les poils et ôter les cheveux coincés dedans.

Si entre deux shampoo votre tête ressemble à une grosse frite, vous pouvez faire un shampoing sec (SS pour les intimes). Comme je suis châtain, j’utilise de l’argile verte en poudre, cela ne laisse pas de traces blanches partout. Mais si vous avez une couleur plus claire, vous pouvez prendre de la maïzena ou du talc. J’ai mis la poudre dans une petite bouteille de démaquillant (vidée et rincée hein). Je me saupoudre la tête au niveau des racines. Je frotte bien pour répartir partout et j’attends que l’argile absorbe ce qui doit être absorbé. Je termine pas un bon brossage. Je ne dois pas être encore experte en la matière puisque pour le moment, mes cheveux conservent un aspect un peu poisseux après le shampoing sec. Je mets soit trop d’argile, soit je ne brosse pas assez pour l’enlever.

Avant même d’avoir commencé je suis déjà convaincue, mais promis je tacherai de faire preuve de bonne foi et de vous confier honnêtement mon avis sur la question.

 

No poo, semaine 1 :

Pour cette première semaine j’ai continué à utiliser mon shampoing habituel. Habituellement je me lave les cheveux tous les 2-3 jours, sans jamais vraiment essayer de repousser mes limites. Je n’ai pas les cheveux gras, les pointes sont même un peu sèches. Espacer mes shampoo ne va donc pas être très difficile.

J’ai commencé en espaçant mes lavages de 3-4 jours. J’ai débuté un samedi en me promettant de tenir jusqu’au mardi suivant. Finalement à part ma frange, mes cheveux n’étaient pas encore vraiment sales. J’ai donc fait un SS à l’argile verte uniquement sur la frange et j’ai tenu jusqu’au lendemain, mercredi, pour me les faire mousser.

J’étais assez fière de moi, pour un premier essai, j’avais tenu 4 jours ! On était encore bien loin des 10 jours des plus aguerries, mais tout de même, c’était un début. Dans cette logique, je voulais attendre lundi matin avant de me les relaver, en tenant compte que mon week-end allait être assez tranquille et que je n’allais pas trop sortir.

Oui mais.

Je me suis retrouvée samedi avec de l’huile de massage dans les cheveux, autant vous dire que je ressemblais à un gros beignet bien gras. Une idée de génie m’a alors traversé l’esprit, j’étais prête à tout pour éviter le shampoo. (Note pour plus tard : quand une idée de génie me traverse l’esprit, repenser à ce moment.) L’argile verte avait été si efficace sur les mèches poisseuses de ma frange, elle devait donc pouvoir aisément faire disparaitre tout cette huile sur ma tête.

Oui c’est cela.

J’ai donc vidé l’équivalent d’un quintal de poudre sur mon crâne et j’ai sagement attendu que le miracle opère.

Tu parles Charles, 3 heures après je ressemblais à une paysanne qui se serait roulée sur le sol d’une grange APRÈS avoir plongé la tête dans une friteuse. Bien. Loin de me laisser abattre j’ai fais une petite folie, je me suis carrément rincé les cheveux à l’eau claire, soit un water only ou WO. Je n’étais pas très rassurée quant au résultat, de vagues souvenir de physique-chimie me hurlaient que huile + eau, ben bof quoi. Et bien pas si bof que ça finalement ! Bon, clairement je n’avais pas retrouvé une tignasse douce et brillante, mais j’étais vraiment pas loin d’être présentable. Je pouvais donc tenir jusqu’à lundi.

No poo semaine 2 :

Avant de partir travailler, j’ai comme prévu fait le grand nettoyage avec un le gel lavant mixa bébé bio. Comme je vous le disais, ça ne mousse pas, du tout. C’est assez déroutant et la tentation d’en mettre toujours plus est grande. Je pense que c’est une habitude à prendre, ça viendra. J’étais parfaitement contente du résultat, des cheveux doux et brillants à souhait.

Mercredi, soit 2 jours après mon shampoing, pas de sébum aux racines, seulement un tout petit peu à la naissance de ma frange, mais je commence à m’y faire, je sais qu’elle régresse plus vite. Je constate néanmoins déjà un mini progrès. Je dirais qu’à ce stade j’ai gagné un jour.

J’ai tenu jusqu’au lundi suivant. Première semaine avec seulement un shampoing ! On ne va pas se mentir, dimanche, je ne suis pas sortie de chez moi et le SS que j’ai fait jeudi soir m’a aidé à tenir.

No poo semaine 3

Plus les semaines passent et moins mon cheveu graisse. On est encore loin du miracle, mais il y a du progrès. J’ai fait un shamp le lundi matin. Jeudi, jour du réveillon, j’avais les cheveux un peu sales, ce qui m’a fait tenter un truc un peu fou-fou, je me les suis lavés, avec un œuf. Entier. Et rien d’autre. Ma-gi-que ! Je vous raconterai cette expérience en détail dans le prochain article.

No poo semaine 4 et 5

A ce jour, je constate que mes racines graissent moins vite, l’évolution n’est pas fulgurante mais j’ai gagné un jour ou deux. A cela s’ajoute un point vraiment sympa : mes cheveux d’ordinaire raides comme la justice ont retrouvé souplesse et volume ! Si, si, je vous jure, en temps normal je me retrouve au bout d’un jour avec des cheveux filasses et plats comme un paquet de nouilles trop cuites.

Je pars 2 semaines au Sri-Lanka, du coup pas de pression sociale pour me faire courber l’échine sous le poids de la honte si mes cheveux sont dégueux. Je vais essayer de tenir les deux semaines sans shampoing, ça me fera une première petite cure de sébum.

La cure de sébum, venons-en tiens. Je vous laisse lire ce super article qui explique en détail les bienfaits et la marche à suivre et je vous dis à dans deux semaines pour l’étape 2, le passage au no poo !

Allez, salut ! ♥


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

5 commentaires sur “No Poo, j’ai testé pour vous !