Vivre autrement : place au naturel


Pourquoi je me suis lancée dans la cosmétique maison

 

maquillage naturel

Aujourd’hui j’ai décidé de partager avec vous un article un peu différent de ce que je publie d’habitude. Depuis sa naissance, Simone-Simone vous propose des « fais le toi-même » qui pour la plupart se rapprochent de l’upcycling, ou cet art de faire du neuf avec du vieux. Vous l’aurez compris, je n’aime pas gâcher, tant par soucis économique et que par écologie. L’idée de jeter à tout va me dérange, l’obsolescence programmée et la surconsommation aussi. Voilà comment, je me suis progressivement posée des questions sur notre mode de vie moderne.

De l’éco au bio

Plus le temps passe et plus je réalise que ma démarche DIY s’inscrit dans un mode de vie responsable et de consommation éclairé, au delà d’un simple effet de mode (Et d’ailleurs si pour une fois une mode qui ne nous coûte pas un organe et qui de surcroît est bénéfique à bien des égards se répand comme une trainée de poudre, pourquoi vouloir éteindre le feu ?). Il me semble que chacun, à son petit niveau, a son rôle à jouer. S’il ne le fait pas pour la planète, qu’il le fasse au moins par respect de lui même, de son bien-être et de sa santé. Car coudre son sac de courses ou tricoter ses chaussettes n’est pas seulement « stylé ». C’est une première fissure dans la carapace de l’ordre établi. Je ne vous parle pas ici de révolution, pas de pavé ni de plage ; seulement d’une prise de conscience personnelle dans un contexte de désinformation générale.

Qui d’entre nous n’a pas renoncé bien vite à déchiffrer ET comprendre une simple étiquette ? Geste simple en apparence et pourtant véritable parcours du combattant pour le non initié. Par acquis, par habitude, nous faisons confiance. Après tout, si l’on nous vend ceci c’est que c’est bon, ou du moins pas mauvais. Si seulement… Entre allergènes et perturbateurs endocriniens, nos produits industriels (de l’alimentaire aux cosmétiques) sont officiellement et sans le moindre remord, truffés de matières premières synthétiques bien moins alléchantes que la marchandise finie. Si vous connaissiez réellement ce qui compose votre crème de jour miracle aux prétendus bénéfices, vous hésiteriez peut-être avant de vous en tartiner allègrement la face.

– « Oui, mais ma peau tire dès que je n’en mets plus, je ne peux pas m’en passer ! »

Et bien tout simplement à cause de sa composition ma p’tite dame ! Ils sont malins les fabricants. Dans certaines crèmes, on trouve, entre autre, de la paraffine et des silicones dont l’action est uniquement occlusive. Ces matières forment une pellicule à la surface de votre peau et empêchent ainsi la déshydratation. Joie, bonheur, que dis-je miracle ! Les tiraillements disparaissent. Oui mais sauf que quand vous nettoyez tout ça, c’est reparti pour une bonne dose d’inconfort. Malheureusement, à cause de cette pellicule en surface, les principes actifs hydratants et nourrissants ne pénètrent pas. Alors vous ré-appliquez de la crème jusqu’à ce que ses effets s’estompent à nouveau. Vous voilà dans un cercle vicieux, tout sauf miraculeux qui ravit plus d’un industriel, soit dit en passant.

Alors si au lieu de soigner le symptôme on s’attaquait à la cause ? Le problème voyez-vous c’est que si l’on agit directement sur la source, on a bien moins besoin de cette crème, ou de ce shampoing ; difficile donc de trouver sur le marché des cosmétiques qui répondent à ces vrais besoins.

Pourtant il existe des alternatives naturelles, respectueuses à la fois de l’environnement et de notre santé.

– « Ouais mais le bio c’est cher !  »

Ouais, mais… non ! On ne va pas se mentir, les produits naturels coûtent plus cher que les 1ers prix de votre supermarché. Mais après tout la qualité se paye, même si jamais vous ne trouverez un soin naturel et bio plus cher que l’élixir de jouvence d’une grande marque.
Il existe heureusement quelques marques alternatives qui proposent des produits de bonne qualité. Avec un peu d’entrainement vous parviendrez facilement à déchiffrer les étiquettes. Pour vous aider, un tableau super bien fait. Sinon, vous pouvez toujours les fabriquer vous-même.

J’ai découvert avec surprise et ravissement que la plupart des cosmétiques étaient d’une simplicité enfantine à réaliser et extrêmement économiques par rapport à leurs consorts industriels. L’efficacité n’a pas besoin d’une liste d’ingrédients longue comme un jour sans smartphone. Savoir que je faisais du bien à mon porte-monnaie, à la planète et à ma santé, je ne pouvais pas résister ! C’est pourquoi je vous annonce officiellement l’ouverture de la catégorie DIY cosmétiques.

Le bien-être, une forme de respect soi

Alors oui, il serait tellement plus simple de fermer les yeux, et décider de ne rien voir. Personnellement, et cela n’engage que moi, j’estime que l’effort en vaut le coup. C’est une vie entière avec nous même, dans notre corps, qui nous attend. Autant en prendre soin.
Quand on commence à gratter la surface des idées établies, on se rend compte de l’étendue des dégâts et honnêtement ça fait flipper. Mais je préfère savoir et prendre les choses en main, à mon humble niveau ; que d’ignorer et suivre le troupeau.

Reprendre le contrôle sur sa vie

Parce que surtout, j’aime avoir la maîtrise de ce qui me touche directement. Ma peau, mes cheveux, mon corps et par extension ma santé, j’en suis responsable. Je m’aime trop (dans un sens entièrement dénué de narcissisme cela s’entend), pour confier tout ça au hasard et à l’inconnu, qui ne me veut pas nécessairement du bien.

J’entends déjà l’opposition m’objecter qu’à ce rythme là on ne fait plus rien. Je leur répondrai simplement qu’on fait différemment. 😉

Allez, salut ! ♥

 

Summary
Review Date

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

9 commentaires sur “Vivre autrement : place au naturel